Accueil

 

L’image contient peut-être : fleur

Aller dans l’onglet spécial COVID-19 pour rester  informé de toutes les nouvelles relatives à l’épidémie de coronavirus dans le cadre de l’Eglise de Belgique.
          Vous pouvez aussi nous suivre via Facebook : paroisse saint géry vieux-genappe  de la Sainte Trinité.
 

Célébration du dimanche 28 février 2021

Deuxième dimanche de carême

Lectures: livre de la Genèse 22,1-2.9-13.15-18 ; Rom8,31b-343 ; Marc 9,2-20

Ce deuxième dimanche de carême est le dimanche de la Transfiguration du Christ: Jésus monte avec les disciples Pierre, jacques et Jean sur une haute montagne où » il fut transfiguré devant eux, son visage et ses vêtements resplendirent d’une lumière fulgurante »! Jésus s’y révèle plein de gloire. « Survint une nuée qui le couvrit de son ombre, et de la nuée une voix se fit entendre: » Celui-ci est mon Fils bien-aimé: écoutez-le! »

Dans l’Evangile de st Marc, cet épisode est placé entre deux annonces de la passion. Nous sommes dans le contexte du chemin que Jésus est en train de parcourir pour monter à Jérusalem. Résolu d’aller jusqu’au bout de sa mission, jésus sait pourtant que pour atteindre la résurrection, il devra passer par la passion et la mort sur la croix. C’est de cela qu’il a parlé ouvertement avec ses disciples mais ceux-ci n’ont pas compris, et même, ils refusent cette perspective, car ils ne raisonnent pas selon Dieu mais selon les hommes.

Aussi, en amenant ses disciples sur la montagne où se révéla sa gloire divine, jésus veut que cette lumière puisse éclairer leurs coeurs quand ils traverseront l’obscurité profonde de sa passion et de sa mort, quand le scandale de la souffrance et de la mort, seront pour eux, insupportables. Nous avons tous besoin de force et de lumière intérieures pour surmonter les épreuves de la vie. Dieu n’est pas partout sauf où l’on souffre; Il est aussi et surtout, là où l’on souffre, où l’on meurt par amour. Donner sa vie gratuitement pour le bien d’une multitude, voilà ce que fait jésus. Aimer le Père et les hommes jusqu’au bout, quoi qu’il lui en coûte, tel est le secret de la joie de Jésus, le Fils bien-aimé.

Ecouter le Fils-aimé, c’est mettre nos pas dans ses pas en vivant selon la loi d’amour que Dieu a inscrite dans notre coeur. Pour que ce carême soit l’avènement d’un monde nouveau où s’harmonisent la présence de Dieu et les énergies humaines, il ne dépend en partie que de nous, de notre volonté et de notre foi d’en faire un nouveau un commencement .

Dans la 2ème lecture ,St Paul témoigne de son attachement indéfectible au Christ, don du Père: « Qui nous séparera de l’amour du Christ ? En nous donnant son Fils, Dieu nous a tout donné.

Dans la 1ère lecture, Abraham a compris, à la clarté de sa conscience que Dieu ne veut pas le sacrifices des enfants premiers-nés d’après la coutume païenne des sociétés anciennes. Au contraire, Dieu se révèle comme un Dieu pour la vie et non pour la mort. Prions: Dieu de puissance et de gloire, tu nous as donné ton Fils bien-aimé, et tu nous invites à l’écouter. Bénis sois-tu! Sur notre chemin d’ombres et de lumières, tu es partout présent, pour que chaque jour ton amour nous transfigure. Avec ton Fils et notre frère, nous te louons et te bénissons. Amen!

père joseph, curé.

 

 Célébration du 21 février 2021   

Premier dimanche de Carême/B

Lectures: Genèse 9,8-15 ; 1 Pierre3,18-22 ; Marc 1,12-15

Depuis mercredi dernier (mercredi des cendres), nous sommes entrés dans le temps de carême où nous préparons notre cœur à célébrer Pâques dans la joie du Christ ressuscité, la plus grande fête des chrétiens. Le premier jour de carême est marqué par la symbolique de la cendre sur le front des personnes qui participent à la messe. Autrefois, on disait en même temps que le geste,  » tu es poussière et tu retourneras dans la poussière ». Cette formule avait l’efficacité de nous rappeler que nous sommes mortels (ce que le monde d’aujourd’hui, sous certains aspects, essaie de nous faire oublier dans un immense étourdissement ! ).

Avec le temps, tout en gardant les cendres qui représentent la fragilité humaine, l’on a préféré la formule: » convertissez-vous et croyez à l’Evangile ». Cette formule, plus dynamique, a le grand avantage de donner le sens positif du Carême: la conversion. Ce dimanche, nous pourrons célébrer cette « gestuelle » d’entrée dans le Carême au cours de l’accueil pratiqué habituellement dans notre église de 10h30 à 12H.

Que nous enseignent les lectures de ce 1er dimanche de carême ? Avec le récit autour de Noé, Dieu s’engage par alliance avec l’Humanité et le manifeste en faisant alliance avec tous les êtres vivants. L’arc-en-ciel qui peut se voir de tous en devient le signe. Pour nous, peuple de la nouvelle Alliance, c’est en Jésus Christ que cette Alliance est scellée et que nous sommes sauvés. La 2ème lecture redit tout le sens de notre baptême, à vivre pleinement. Il nous donne la force d’affronter comme Jésus au désert , les tentations. Baptisés, nous sommes appelés à marcher à la suite du Christ, sur le chemin qui nous conduit à Dieu.

« Convertissez-vous, et croyez à l’Evangile », nous dit Jésus. C’est une invitation à avoir foi en Dieu et à convertir chaque jour notre vie à sa volonté, en orientant chacune de nos actions et de nos pensées vers le bien. Le temps de carême est le moment propice pour nous tourner résolument vers Dieu, renouveler et rendre plus solide notre relation avec Lui, grâce à la prière quotidienne et les œuvres de charité fraternelle.

Il s’agit de comprendre d’une part, que nous sommes dans cette vie solidaires les uns des autres, et d’autre part, que le carême nous est donné pour avancer, aller de l’avant dans notre vie chrétienne, avec l’aide offerte par Dieu. Pour cela, n’hésitez pas en ces temps favorables de prendre quotidiennement un temps de prière pour « converser » avec Dieu, nous « entretenir avec Lui. A tous et à chacun de répondre à cette main tendue de Dieu ! Fructueux temps de carême à tous !

père Joseph.

                            Bonne Saint-Valentin !

    Résultat de recherche d'images pour "saint valentin 2021"

Célébration du 14 février 2021

La 1ère lecture et l’évangile de ce dimanche parlent d’une maladie considérée à l’époque de Jésus et même avant comme la plus grave, à savoir la lèpre. C’était bien plus qu’une maladie à soigner. C’était un signe d’impureté et même d’un châtiment divin! La loi prévoyait que le lépreux devait être reconnu comme tel et isolé. La gravité de sa situation lui ordonnait de résider hors du camp ou du village, à l’écart de tous ses semblables.

Heureusement, nous sommes aujourd’hui loin d’une telle mentalité. Jésus, en qui et par qui Dieu-lui-même s’est fait proche et l’un de nous a montré l’exemple. Devant ce malheureux, il eut un regard de compassion et n’a pas fuit au contact de cet homme: il tend la main et le touche,-ignorant l’interdiction légale-, et le guérit.  » je le veux, sois purifié. A l’instant même, la lèpre le quitta et il fut purifié ».

Dans ce contact entre la main de Jésus et le lépreux, est démontrée, -sans nier le mal et sa force négative-, que l’amour de Dieu est plus fort que tout mal, même le plus contagieux et le plus horrible. Jésus nous révèle que Dieu veut pour l’homme la vie, la vie en plénitude. Aussi, nous invite-t-il à nous mettre de son côté et à nous battre avec lui jusqu’au bout contre toutes les formes du mal et des maladies du corps et de l’âme qui défigurent l’homme ou entachent nos relations humaines.

Aujourd’hui, grâce à Dieu et avec tous les moyens modernes de la médecine, l’Action Damien( du nom du père Damien, missionnaire belge né le 3 janvier 1840 à Tremelo, décédé le 15 avril 1889 à Molokaï à Hawaï, canonisé le 11 octobre 2009 par Bénoit XVI) se bat contre la lèpre et d’autres maladies que Jésus lui-même a rencontrées.

De nos jours, nous ne pouvons pas non plus ignorer  » les lépreux des temps modernes » et la « lèpre sociale » qui s’appelle « rejet de l’autre dans sa différence ». Si nous regardons la réalité en face, que de frontières à nouveau tracées, que de murs à nouveau bétonnés entre les nationalités, ou entre voisins d’un même quartier, voire d’une même famille! Egalement, frontières sur base des avoirs et des savoirs! Ils sont nombreux, ceux et celles qui sont toujours sur le seuil, en dehors, rejetés, en marge, en manque ou en attente.

Face à l’exclu de son temps, le Christ tisse notre humanité avec le fil de l’amour. Il va au-delà des préjugés de son temps et abat les frontières et les murs que nous nous construisons. Mieux connaître et mieux comprendre les valeurs communes au genre humain est essentiel pour bien ouvrir nos coeurs à la guérison apportée par le Christ et pour rester attentif à tous ceux qui souffrent de maladie, de solitude et d’exclusion.

père Joseph.

Célébration 7 février 2021

Ce dimanche nous donne l’occasion de réfléchir sur la place que nous donnons aux malades et de faire aussi nôtres les cris de la souffrance humaine, quelle qu’elle soit.

Job se plaint de ses » nuits de souffrance » et du « soir qui n’en finit pas ». Ces paroles de Job pourraient être placées sur les lèvres de nombreux contemporains, malades, personnes âgées, isolées et oubliées, des malheureux en proie à une vie terrestre de misère, voire des personnes prisonnières de la drogue ou de l’alcool. L’épreuve de la maladie, quand elle est longue et difficile, peut conduire à la révolte, au désespoir! Toutefois, là où Job réclame à cors et à cris une explication à sa souffrance, St Paul, à la suite de jésus a compris que la souffrance est davantage de l’ordre du mystère que de l’ordre de l’explicable. Personne n’aime et ne recherche la maladie ou la souffrance. Au cœur du malheur et de l’injustice, nous avons besoin des autres, des témoins qui nous révèlent la présence aimante et agissante de Dieu.

Jésus nous montre ainsi le chemin à suivre: face à la souffrance physique ou morale de l’autre, parfois pas de mot ou de discours mais des gestes qui réconfortent une personne malade, de la proximité sereine et sincère qui redonne à l’autre toute sa dignité!

Il nous faut néanmoins rester humble: devant la souffrance, la nôtre et celle des autres, nous sommes parfois démunis et impuissants. Nous aimerions tant pouvoir changer le cours des choses mais cela ne nous a pas été donné! Une pandémie telle le covid-19 a fait unanimement prendre conscience de notre finitude et de notre vulnérabilité.

Certainement, nous avons à rendre grâce à Dieu pour les grands progrès de la médecine. Plaise au ciel que tout progrès soit au service de l’homme et de l’humanité ! Bien plus, la Parole de Dieu nous enseigne qu’il existe une attitude décisive pour affronter la maladie: celle de la foi en Dieu, en sa bonté, en son amour pour l’humanité. » Moi, je suis venu pour que les hommes aient la vie et qu’ils l’aient en plénitude »(Jn10,10b)

Présentons à Jésus, spirituellement ,tous ceux et celles qui souffrent dans leur corps ou leur cœur, et invoquons l’intercession de la Vierge Marie, Mère de tous les hommes, en particulier pour les situations de grande souffrance et d’abandon.

père Joseph

Célébration du 31 Janvier 2021

L’évangile de ce dimanche nous présente Jésus, un jour de sabbat, prêchant dans la synagogue de Capharnaüm, petite ville au bord du lac de Galilée, où vivaient Pierre et André son frère. Et là Jésus en impose, non seulement en guérissant un homme tourmenté par un esprit mauvais mais aussi par son enseignement: la connaissance qu’il a de Dieu et sa parole bouscule ceux et celles qui croisent sa route. Jésus parle avec autorité et sa parole est aussi efficace en ce sens que ce qu’il dit se réalise. De cette manière il remplit sa mission de Fils de Dieu en étant un vrai prophète.

Cette autorité exercée par Jésus nous interpelle. Pour l’homme, l’autorité signifie souvent possession, pouvoir, domination et succès. Pour Dieu, en revanche, l’autorité signifie service, humilité, et amour. Pas question d’imposer quoique ce soit mais , si l’on veut entrer dans la logique de Jésus qui s’abaisse pour laver les pieds de ses disciples, qui cherche le vrai bien de l’homme, qui guérit les blessures, qui est capable d’un amour si grand qu’il donne sa vie parce qu’il est l’Amour, alors, en tant que baptisés, nous sommes conviés, avec lui et en lui, à devenir des acteurs de libération de nos frères et soeurs.

Dans la vie, souvent, notre parole n’a aucun poids si notre propre vie la contredit. Aussi notre monde, en proie à toutes sortes de tourments( guerres, violence, mépris, mensonge, pouvoir de l’argent, pandémie..etc), n’a-t-il pas un besoin criant d’hommes et de femmes « crédibles », parce qu’ils font ce qu’ils disent, ou qui en imposent par la sagesse de leurs propos ? Au final, c’est en écoutant et en mettant en pratique, au quotidien, la Parole de Dieu que nous expérimentons sa vérité et sa puissance.

Père Joseph

Célébration du 24 Janvier 2021

Troisième dimanche ordinaire: A la suite de Jésus !

Parole de Dieu: livre de Jonas 3,1-5.10 ; Psaume 24 ; 1Corinthiens 7,29-31 ; Marc 1,14-20

J’aimerais vous inviter de prime abord à prier avec ces paroles du psaume: « Rappelle-toi, Seigneur, ta tendresse, ton amour qui est de toujours. Dans ton amour, ne m’oublie pas, en raison de ta bonté, Seigneur ».

Dans ces temps difficiles et angoissants, où l’incertitude semble dominer, nous sommes invités non seulement à revoir nos priorités mais aussi à retrouver et surtout à renouveler notre confiance en Dieu qui est Père et qui s’est révélé en Jésus sous forme de  » présence d’amour ».

Par son Evangile, jésus nous réveille: » Convertissez-vous et croyez en la Bonne Nouvelle . Se convertir signifie revenir vers Dieu, changer résolument de comportement, faire des choix de vie, savoir discerner l’essentiel et l’accomplir. St Paul , fidèle disciple du Christ et témoin du salut que Dieu nous donne, nous fait comprendre que le monde tel que nous voyons est en train de passer. L’important n’est pas d’être marié ou non, heureux ou malheureux, riches ou pauvres, mais de s’attacher à Jésus le vivant. Tout passe, la Parole de Dieu demeure.

Cette Parole a séduit Simon ,André, jacques, jean les premiers disciples de jésus. Ils ont tout laissé pour le suivre non sur un coup de tête mais sur un coup de cœur ! Aujourd’hui encore, Jésus passe chez nous et sa Parole retentit. Ce troisième dimanche , justement consacré à la Parole de Dieu nous invite à retrouver l’importance de la lecture et de l’écoute de la Parole de Dieu. Quel temps y consacrons-nous ?

Jésus est la Parole vivante de Dieu. Il y a bien des manières de nous mettre à sa suite et de devenir ses familiers et ses intimes: sans renier nos joies et nos malheurs, nos fardeaux et nos bonheurs, nous engager à vivre , non pas en ayant pour seul objectif de bien ficeler notre vie ici-bas, mais en apportant notre collaboration pour faire naître dès ici-bas et maintenant, ce monde nouveau qui ne finit pas, le Royaume de Dieu, promis à tous: Royaume de paix, amour, joie, pardon, justice!

Convertissons-nous! Devenons les disciples de la Bonne Nouvelle de la résurrection du Christ qui nous porte et nous guide sur le chemin de la vie éternelle.

père Joseph

Célébration du 17 Janvier 2021

Un cœur à l’écoute pour entendre la Parole de Dieu!

A la lecture des passages bibliques de ce deuxième dimanche ordinaire, je constate que si Dieu appelle quelqu’un à le servir, il le fait par l’intermédiaire d’une tierce personne qui partage notre condition humaine. Ainsi en va-t-il du vieux prêtre Eli pour le jeune Samuel( 1 Samuel 3,3b-10.19), jean Baptiste pour les premiers Apôtres(Jean 1,35-42). Pour presque l’Humanité entière, nous allons à Dieu par la médiation d’autres personnes. C’est sans doute là une des merveilles du dessein de Dieu.

Ici, il s’agit de bien plus que de l’unique et importante question de la transmission de la foi. Dieu s’adresse à nous, pas nécessairement par des moyens magiques, exceptionnels ou surnaturels mais avec les mots, les gestes de l’un d’entre nous. Nous sommes chacun et chacune à notre manière des témoins de la présence, de l’amour et de la tendresse de Dieu sur cette terre. Mais sommes – nous encore disposés à être au cœur du monde qui pense ne pas en avoir besoin, des sentinelles qui éveillent chez les autres la mémoire de Dieu ?

« Si la mémoire de Dieu fait défaut, a écrit la pape François, tout s’aplatit, tout va sur le Moi, sur mon bien-être. La vie, le monde, les autres, perdent consistance, ils ne comptent pour rien, tout se réduit à une seule dimension: l’avoir. Et si nous perdons la mémoire de Dieu, nous aussi, nous perdons de notre consistance, nous nous vidons aussi, nous perdons notre visage…d’êtres créés à l’image et à la ressemblance de Dieu, non pas à l’image et à la ressemblance des choses, des idoles ».

Que cherchez-vous?, dit Jésus aux disciples. Où demeures-tu?, lui dirent-ils. Et Jésus de leur répondre: venez et vous verrez. Ce dialogue entre Jésus et les disciples correspond à nos propres questionnements d’aujourd’hui. Que cherchons-nous ? Qu’est-ce qui est le plus important pour nous ? ou pour le dire autrement: quel sens voulons-nous donner à notre vie ?

Même si le doute nous envahit quelque fois, même si parfois nous ne sommes pas toujours à la hauteur de nos responsabilités, St jean nous montre dans son évangile que c’est en interrogeant Jésus, en scrutant sa Parole et en nous mettant à sa suite que nous pourrons pleinement nous accomplir. En ces temps inédits et éprouvants, Dieu me parle aujourd’hui encore, il me demande de le

trouver et de le rencontrer, mais par un des miens, avec les mots ou les gestes de l’un d’entre nous ou de quelqu’un que je croise… Soyons à l’écoute les uns des autres. Car, nous sommes ensemble le Corps du Christ et, chacun de nous est un membre de ce Corps. Bon dimanche!

P Joseph

Célébration du baptême du Seigneur !

La fête du baptême de Jésus marque la fin du cycle de Noël et le début du temps ordinaire. Pas si ordinaire que cela ce temps où nous avons à vivre au jour le jour notre vie chrétienne. Le temps ordinaire est tout indiqué pour nous ajuster au Christ , mettre de l’ordre dans le quotidien de nos vies, nous qui, par le baptême sommes nés à une vie nouvelle dans l’Esprit Saint. Et dans la foulée du nouvel An, un nouveau commencement, Dieu nous incite au renouvellement, il nous invite à Le « rencontrer » d’une manière nouvelle, et de même les gens qu’Il nous fera rencontrer.

Jean Baptiste fut un grand prophète mais il s’est effacé devant Jésus qui est venu derrière lui. Il n’est pas digne de défaire la courroie de ses sandales, disait-il. En effet, le baptême au Jourdain a révélé Jésus comme Fils de Dieu et comme Messie. Il est l’Agneau de Dieu qui enlève les péchés du monde, a déclaré Jean Baptiste…

A notre baptême, nous sommes devenus chrétiens, c’est-à-dire unis et incorporés au Christ. Nous avons été renouvelés dans l’Esprit Saint que Dieu a répandu sur nous avec abondance et confirmés dans l’amour du Père qui dit à Jésus et à chacun de nous: » tu es mon fils bien-aimé; en toi, je trouve ma joie ». Ainsi, le baptême de jésus est une première dans l’histoire de l’humanité, et c’était la porte ouverte pour nos propres baptêmes. A la suite de Jésus, nous avons passé le Jourdain dans le baptistères de nos églises. Nous avons été saisis par l’Esprit-saint et le Père nous a reçus comme ses enfants. Mais, que faisons-nous de notre baptême et qu’est-ce qu’il change encore dans nos vies ?

Certes, tout homme est capable de faire le bien. Et le commandement du Christ: » aimez-vous les uns les autres » est praticable par tout homme, croyant ou non, religieux ou non. Bien plus, nul n’a besoin du baptême pour vivre une vie qui a du sens. Et pourtant, le baptême change tout!

Le baptême fait de nous de chrétiens, des hommes nouveaux, vivant de la vie même du Christ, mort et ressuscité. Nous sommes nés à la vie nouvelle des enfants de Dieu, une vie qui n’aura pas de fin. Mais ce don ne prend toute sa valeur que s’il est reçu et accueilli en s’engageant à en vivre pleinement. Se savoir aimé de Dieu, découvrir une multitude de frères et des soeurs dans le Christ à aimer et, aimer comme Dieu aime, voilà qui change tout!

Vivant de cet amour, le baptisé est envoyé: il est, selon les paroles de Jésus, » sel de la terre, la lumière du monde », il a une mission à accomplir!

Vivons désormais en enfants de lumière  » qui se savent réconciliés par la croix du Christ, Sauveur »!

père joseph.

Bonne Fête de l’Epiphanie !

Pour beaucoup de personnes, la fête de ce jour qui est dans le prolongement de la fête de Noël ne signifiera pas plus que le partage de la galette du roi. Ce n’est pas mal pour autant qu’elle permet d’entretenir la convivialité et les échanges humains dans la bonne humeur. Pour d’autres, l’attention se portera sur les cadeaux des rois mages, à savoir l’encens, l’or et la myrrhe. C’est aussi bien si l’on pense à ce que représente ces cadeaux étonnamment offerts à un « nouveau -né emmailloté et couché dans une mangeoire ». La symbolique est en effet très forte.

L’encens est une résine précieuse d’Arabie utilisée comme parfum que l’on brûle pour Dieu. Il est le signe de divinité, Jésus est Fils de Dieu venu manifester en sa personne et toute sa vie l’amour de son Père pour tous les hommes. Etre chrétien, c’est dire oui chaque jour à cet amour divin et en rayonner autour de soi en aimant les autres. L’Or, connu comme un métal précieux est signe de royauté. Il est offert à Jésus parce qu’il est reconnu par les mages et par d’autres plus nombreux après eux, comme Roi. Plus tard, Jésus dira de lui-même qu’il est Roi mais que son royaume n’est pas de ce monde. Il est le messie crucifié, mort et ressuscité, -ce roi qui règne mais ne gouverne pas. Il a promis d’être avec nous « tous les jours jusqu’à la fin des temps » tout en nous laissant libres de le suivre ou non, de le faire régner sur nos vies ou non.. Enfin, la myrrhe est une résine aromatique utilisée comme parfum ou baume. Elle annonce déjà la mort et la résurrection de Jésus, venu pour tous les hommes.

Revenons donc à ces Mages venus d’Orient et dont l’évangéliste Matthieu ne dit ni le nombre, ni les noms, ni exactement le pays d’origine. Il est dit simplement qu’ils ont su reconnaître les signes de Dieu, ici, l’étoile. Ces mages représentent les peuples païens, c’est-à-dire non juifs, qui ont reconnu en jésus la lumière qui guide les hommes. Mais, plus fondamentalement, ils représentent la jeune Eglise du Christ qui naît à la suite du ressuscité de Pâques. Par notre baptême, nous sommes membres de cette Eglise, Corps du Christ . Il est dit aussi que les mages ne sont plus retournés par le même chemin après leur visite, -ce qui signifie que celui qui vit une rencontre authentique avec Jésus, devient ,en jésus, « une créature nouvelle ». La venue et l’accueil de la lumière a dans ta vie des conséquences concrètes. Des

chemins nouveaux peuvent s’ouvrir dans ton coeur si tu oses l’aventure avec Dieu…

Alors comme les mages, au seuil de cette année nouvelle, mettons-nous en chemin au sens figuré et propre du terme, pour découvrir les signes de la présence et de l’amour de Dieu au fil des jours.

En participant et en vivant l’eucharistie qui nous rassemble et nous tient unis dans le Christ, laissons-nous entraîner par le Christ dans l’offrande qu’il fait de lui-même à son Père pour apporter à notre tour un peu de sa lumière dans les coeurs de ceux et celles qui nous entourent ou que nous rencontrons.

Au seuil de cette année nouvelle, « que Dieu nous bénisse et nous garde. Qu’il fasse briller sur nous son visage et qu’il nous prenne en grâce »! (Nombres 6,24-25).

Père Joseph

Joyeux Noël et bonne année de paix 2021 !

Frères et sœurs, chers paroissiens,

J’espère que vous avez passé une joyeuse fête de noël et que la pandémie et les soucis qui l’accompagnent ne sont pas trop lourds. Un noël , certes dans le confinement! Pourtant, dans le silence ou en chantant , vous avons eu l’occasion d’allumer une bougie pour partager la joie avec vos proches , voire pour fêter l’avènement du divin enfant!

Oui, en Jésus, Dieu s’est fait  » homme pour rencontrer chaque homme ». Il nous aime jusqu’au point de s’unir à nous pour que nous aussi, nous puissions nous unir à lui. Pour nous chrétiens, une étoile brille dans la nuit de nos vies et du monde entier. Et cette étoile, c’est le Christ lui-même présent petitement au milieu de nous et en chacun.

Puissions-nous nous tourner résolument vers cette Lumière qui nous est révélée, gracieusement donnée pour éclairer notre chemin quotidien.

De tout coeur, je vous souhaite à tous une année 2021 bonne et heureuse. » Que tout au long de cette année nouvelle, le Seigneur vous garde en bonne santé et qu’il vous accorde largement ses grâces de paix, joie , force et lumière.

Vous le savez déjà, l’interdiction et depuis peu, les restrictions imposées à la célébration du culte nous ont obligés à envisager de nouvelles manières de continuer à rester en contact avec vous et d’accomplir notre apostolat. Nous avançons sur un chemin inconnu en cherchant à adapter continuellement la manière de célébrer, de nourrir notre foi commune , de nous soutenir mutuellement et d’organiser la solidarité quand le besoin se fait sentir.

Je remercie du fond du cœur et au nom de la paroisse l’équipe de personnes qui m’entourent si efficacement dans la réalisation de ce service pastoral et liturgique. Nous avons de bonnes raisons d’espérer rester en contact avec vous via Facebook et le site de la paroisse , à travers les messes enregistrées et diffusées. Bien plus, pour répondre à la soif exprimée de la rencontre avec le Seigneur dans l’eucharistie, je propose d’expérimenter dès ce dimanche 27 décembre 2020 et cela jusqu’à nouvel ordre ,en respectant la jauge de 15 personnes dûment inscrites ( tél: 0479341547), la formule suivante pour le dimanche :

  • de 11H à 12H00 : Accueil à l’église des personnes désirant communier après la messe diffusée sur le site ou Facebook.
  • à 17H : messe: inscriptions encore possibles pour ce dimanche 27/12.

Armés de courage, d’imagination , de confiance et d’amour, car comme nous le rappelle si bien Jésus: » c’est à l’amour que vous aurez les uns pour les autres que l’on reconnaîtra que vous êtes mes disciples » (Jn 13,35), avançons le cœur largement ouvert pour reconnaître les signes d’espérance que Dieu fait surgir au cœur de notre quotidien si souvent agité!

« Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes, qu’il aime, chantaient les anges à Bethléem après avoir annoncé aux bergers la naissance du Messie (Lc 2,14).

Père Joseph

Célébration de la Noël 25 décembre 2020

Bonne fête de Noël à Tous !

 

Célébration de la Veillée de Noel

 

Quatrième dimanche de l’Avent 2020 « Comme toi, Marie ! »

Frères et sœurs,

A quelques jours de Noël, alors que s’accélèrent les préparatifs en famille et dans le monde, la liturgie de ce 4ème dimanche, toute orientée vers la Nativité de Jésus met en relief la figure de Marie, la jeune fille d’Israël, la Vierge qui devait enfanter  » le Fils du Très-Haut »:  » …sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils; tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut… ». Marie dit à l’ange: comment cela va-t-il se faire puisque je ne connais pas d’homme ? L’ange lui répondit: » L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre; c’est pourquoi, celui qui va naître sera saint, il sera appelé Fils de Dieu »( Lc 1,30.34-35).

Qu’il est grand ce mystère de l’Incarnation, c’est -à-dire ce mystère de la conception « selon la chair » du Verbe de Dieu, « conçu du Père » de toute éternité. La puissance de l’Esprit Saint a couvert Marie de son ombre pour faire d’elle, grâce à son « OUI »(  » voici la servante du Seigneur »), l’arche sainte qui abrite réellement Dieu. En elle, Dieu s’est fait chair pour entrer en contact sauveur avec nous , avec l’humanité.

Sur le chemin de l’Avent, ce dimanche nous invite à l’exemple de Marie, à écouter et à accueillir dans le silence et la contemplation (prière) le mystère de Dieu qui vient habiter sur la terre des hommes et  » y planter sa tente ». Désir de Dieu qui s’est réalisé et accompli en Jésus Christ , le Fils de Dieu, qui a été conçu du Saint-Esprit, est né de la Vierge Marie, a souffert sous Ponce Pilate, a été crucifié, est mort et a été enseveli, est descendu aux enfers, le troisième jour est ressuscité des morts, est monté aux cieux, est assis à la droite de Dieu le Père Tout-Puissant, d’où il viendra juger les vivants et les morts!

Cette nouvelle et cette connaissance ne sont pas réservées à un peuple humain particulier, mais à tous les hommes. En Jésus, le nazaréen, une ère nouvelle a commencé! Toutes les nations sont désormais invitées à mettre leur confiance au Dieu unique, définitivement sorti de son silence! Mais c’est dans la foi que nous pouvons accueillir cette Bonne nouvelle. Seigneur, donne-nous , aussi, de croire et de donner « vie et chair » à ta Parole, aujourd’hui!

NOËL sous le signe de la solidarité et du partage.

Une opération » boîte à cadeaux » est lancée dans la paroisse auprès de nos jeunes mais , en fin de compte, cela nous concerne tous, pour rassembler des cadeaux de noël pour un home d’enfants de 11 à 14 ans. Il s’agit entre autres choses , des livres, un petit vêtement, des échantillons de parfum etc… En précisant discrètement sur la boîte, si c’est mixte, plus pour garçon ou plus pour fille. Nous vous accueillerons avec plaisir avec votre boîte à l’église de Vieux-Genappe le mardi 22 décembre 2020 de 14H30 à 18H. Merci d’avance.

Malgré les contraintes de la pandémie, notre paroisse continue d’assurer le plus de services possible. Mais faute de collectes puisqu’il n’y a plus de culte en » présentiel », le trésorier de la paroisse et moi-même sommes obligés de faire appel à votre générosité afin de faire face, en partie, aux frais habituels de fonctionnement. Votre don peut être versé au numéro de compte de la paroisse, intitulé :

A.O.P Région Court-Saint Etienne , BE 82143095949168 avec comme communication  » don de  noël « .

Nous vous remercions d’avance de votre générosité et vous souhaitons, ainsi qu’à vos familles, un joyeux noël et une année 2021 emplie d’espoir !

père Joseph,

Troisième dimanche de l’Avent du 13 décembre 2020

Chers paroissiens, frères et sœurs dans le Christ!

Ce 3ème dimanche de l’Avent nous invite à nous réjouir déjà de la venue de l’Emmanuel, Dieu-avec-nous et met en relief la figure de Jean Baptiste à cause de son rôle de première importance dans la préparation de la venue du Seigneur Jésus. Il se présente comme le témoin venu avant lui pour  » rendre témoignage à la Lumière, afin que tous croient par lui »(Jn 1,7). Heureux est-il d’être ce flambeau par lequel la lumière se manifeste pour faire reculer les ténèbres.

Nous aussi, par notre baptême, nous avons été consacrés par l’Onction et envoyés pour annoncer la Bonne Nouvelle aux humbles, guérir et consoler ceux qui ont le cœur brisé, libérer les hommes et les femmes de toutes sortes d’entraves. Alors, comment est-ce que je travaille avec Dieu au soulagement, à la promotion, au bonheur..de mes frères et sœurs ? Rappelons-nous ce beau verset du livre d’Isaïe: » L’esprit du Seigneur est sur moi, il m’a envoyé porter la bonne nouvelle aux pauvres » (Is 61,1).

En ce temps de l’Avent, je pense à cette invitation de Jésus dans l’évangile de St Matthieu: » venez à Moi,, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et Moi je vous soulagerai « (Mth 11, 28). Est-ce que j’accepte cette invitation d’aller vers Jésus de toutes mes forces avec mon cœur, mon corps et mon esprit ? Avec tout ce qu’il y a beau, de bien et de moins bien en moi ? Et qu’en est-il de ceux qui peinent ou ploient sous différents fardeaux dans ma famille, ma communauté ou mon pays ? En cette période difficile, le témoignage de Jean Baptiste, humble témoin de la Lumière peut nous inspirer des engagements divers pour que la joie de Noël soit bien partagée! Il s’agit de ne ménager aucun effort pour marcher à la lumière du Seigneur et de suivre sa parole.

Bon dimanche et que la paix de Dieu remplisse tout entier les coeurs de tous!

Qu’en est-il de la reprise de messe en public ?

Vous avez tous appris le léger assouplissement du confinement pour les célébrations religieuses publiques: 15 personnes (enfants de moins de 12 ans non compris). Que faire et comment célébrer seulement avec quelques uns ? J’ai pensé que pour rester pragmatique: en attendant des meilleurs conditions, notre église restera ouverte le dimanche de 10H à 12H, et c’est dès ce 13 décembre 2020. J’y serai présent pour accueillir toute personne ou toute famille , quelle que soit la raison de votre passage. Et si le désir de recevoir l’eucharistie (la communion) est clairement manifestée, je la distribuerai après une petite démarche de prière ou l’écoute de l’évangile du jour. Ainsi, après ou avant la messe que vous aurez le loisir de suivre à la télévision, vous pourrez me rejoindre à l’église pour la communion. Notez qu’avec notre équipe habituelle, nous continuons à diffuser sur facebook et le site de la paroisse la messe du dimanche célébrée dans notre église de Vieux-Genappe.

Pour la veille de Noël le 24 décembre 2020, l’église sera ouverte et l’accueil assuré de 17H à 19H30 . Quant au jour de Noël, ce sera comme le dimanche, de 10H à 12H.

Notre crèche de noël est déjà installée. Et l’on peut la voir, toute belle, de l’extérieur. De la bonne musique sera diffusée dans l’église pour accompagner votre visite ou votre temps de prière ou de méditation. Pourquoi ne pas penser à venir avec une carte de vœux et d’intentions à déposer à la crèche comme cadeaux à jésus, doux et humble , venu pour sauver et partager nos peines et nos joies .

A tous, une bonne marche vers Noël et à dimanche prochain !

Information : Le 12 décembre 2020

Bonjour à tous

Vous êtes nombreux à m’appeler pour savoir si la messe sera célébrée à Vieux-Genappe à partir de ce dimanche 12 décembre 2020 . J’avouons qu’il n’est pas facile de mettre en pratique « la jauge » de 15 personnes lors du culte public. D’où, pour être pragmatique il n’y aura pas de messe dimanche à l’église mais pour les dimanches 12 et 19 décembre

notre église restera ouverte dès 10h jusqu’à 12h. J’y serai pour accueillir toute personne ou famille voulant se recueillir, prier et l’eucharistie pourra être reçue par toute personne qui en exprimerait le désir. Je vous encourage à suivre notre messe via Fb ou le site de la paroisse.

En ce qui concerne le 24 et 25 les dispositions seront données la semaine prochaine.

Essayons de faire avec ce qui nous a été donné même si c’est fort restrictif !

Que la paix de l’Emmanuel soit avec vous!

Pj

Deuxième dimanche de l’Avent/ année B.

« Voici que le Seigneur va venir…(Is 30,19.30)

Chers paroissiens, chers amis, frères et soeurs dans le Christ!

Avec l’aide de quelques personnes de la paroisse, et que je  remercie profondément,  nous faisons  de notre mieux pour garder un contact avec vous , via facebook ou le site  de la paroisse St Géry. Pas de grandes nouvelles à vous annoncer.  Nous  gérons du mieux possible notre confinement et l’interdiction du culte public . Toutefois, malgré l’absence de rassemblement physique et toutes les contraintes liées à la pandémie,  la vie et l’animation de la paroisse ne sont pas arrêtées.

Si c’est aussi notre devoir de vous exhorter  à continuer à prendre soin de vous et des autres en continuant à respecter les mesures qui nous sont recommandées à cet effet,   notre préoccupation est de rester en   contact avec le plus grand nombre possible de personne et de garder   allumée  la lampe de la foi chrétienne en célébrant chaque dimanche dans notre église paroissialel’eucharistie pour vous  et en communion avec vous tous , via internet.  C’est en nous unissant au Christ, même spirituellement,   qui se donne à nous à chaque eucharistie que nous comptons garder au fond de notre coeur l’ espérance et la charité. Aussi, dans l’espérance des temps nouveaux,- un ciel nouveau et une terre nouvelle où résidera la justice »(2P 3,13)-  le Saint -sacrement est exposé dans notre église chaque samedi de 14h à 16h, en communion de prière avec vous tous qui , je le sais, continuez à prier  chez vous  à la maison.

Vous avez  déjà aussi entendu notre appel à l’attention mutuelle malgré les difficultés, les souffrances  et nos déserts intérieurs.  Dans la paroisse, des personnes sont disponibles pour rendre service si vous appelez au 0479341547. Enfin, continuons à marcher  avec  courage et confiance, sur les chemins de la justice à la rencontre du seigneur , à travers les joies et les épreuves de ce monde en veillant dans la foi et la prière,  mais aussi, en  nous laissant renouveler chaque jour par la Parole de Dieu! Pourquoi ne  profiterons-nous pas  de ce temps de l’Avent pour lire et relire, dès que possible, les lectures    du dimanche  chez nous à la maison dans notre bible? Et si vous  y choisissez une parole que vous laissez continuellement résonner au plus profond de vous -même en tout ce que vous faites, cette parole ne   pourra  pas vous laisser indifférent. Car, « elle est vivante, la parole de Dieu, énergique et  plus coupante qu’une épée à deux tranchants; elle pénètre au plus profond de l’âme, jusqu’aux jointures et jusqu’aux moelles; elle juge des intentions et des pensées du coeur »(Héb 4,12).

Que le Seigneur soit avec nous sur la route en ce temps de l’Avent et toujours,  et qu’il nous bénisse, le Père, le fils et l’Esprit-Saint. Amen .

Bonne semaine et à dimanche prochain

UN MERVEILLEUX TEMPS: L’AVENT

En ce 29 novembre 2020, premier dimanche de l’Avent, s’ouvre une nouvelle année liturgique au cours de laquelle nous allons parcourir un chemin de vie et de foi, dans nos communautés paroissiales et individuellement, pour préparer nos coeurs à célébrer sereinement , -Covid oblige,-la fête de la venue de l’Emmanuel, DIEU-AVEC-NOUS. Notre montée vers Noël va durer quatre semaines(4 dimanches).

Mais quel est le sens, la portée et le bien fondé de ce temps de l’Avent qui plongent ses racines très loin dans la Révélation biblique ?

Rappelons d’abord que « Avent » vient du mot latin « Adventus » qui signifie « Arrivée, « venue » ,Avènement ». S’impose une petite explication de l’Avent sous son triple aspect à la lumière d’un écrit du Fr.Robert Gantoy intitulé: « Le temps de l’Avent: le seigneur est venu, il vient, il viendra » dans Paroles au fil du temps, n°17, Clerlande, Novembre 2003. 20p.

Il EST VENU : INCARNATION

Qui ? Jésus-Christ, le Fils de Dieu. L’Avent évoque les périodes antérieures à l’avènement du Christ, au cours desquelles se manifeste l’attente d’un Messie libérateur. Sous ce rapport, l’Avent est rappel et mémoire. Dieu qui depuis toujours poursuit son dessein de salut de l’Humanité et de toute la création, n’avait cessé de susciter des envoyés, des chargés de mission: des prophètes, et bien d’autres encore, en particulier des Rois. Malheureusement, presque tous ont fini par décevoir, et leurs efforts louables ont été compromis, voire anéantis par la sottise ou la forfaiture de leurs successeurs…On attendait donc un nouveau Moïse, un autre Elie, un autre David, le grand prophète qui répondrait parfaitement à l’idéal de Roi selon le coeur de Dieu, un Messie, enfin, l’Oint du Seigneur qui serait pleinement accordé à la volonté de Dieu de sauver son peuple et même les nations qui le rejoindraient. Dans la lettre aux Hébreux, il est écrit: » Après avoir , à maintes reprises et sous maintes formes, parlé jadis aux Pères par les prophètes, Dieu, en ces jours qui sont les derniers,

nous a parlé par un Fils, qu’il a établi héritier de toutes choses, par qui aussi il a fait les mondes »(Héb 1,1-2). Grâce à la foi et l’enseignement apostolique nés de la splendeur de la lumière de Pâques, l’Eglise depuis les origines, confesse que Jésus est l’Envoyé de Dieu, objet de l’espérance ancestrale, venu dans ces derniers temps où nous sommes ». A Noël, Dieu a illuminé le monde par la venue de son Fils Jésus devenu homme parmi les hommes. Il est venu pour que ceux qui ne savent pas voir ouvrent les yeux, pour que les oreilles fermées apprennent à écouter, pour que le pardon fleurisse dans les coeurs endurcis…C’est grâce à lui que la paix, la justice, l’amitié véritable, le pardon peuvent passer par nos mains. A cause de tout cela, à Noël, nos coeurs rendent grâce et sont dans la joie avec tous les amis du ciel et de la terre.

DIEU AUJOURD’HUI PARMI NOUS!

L’Avent nous invite et nous encourage aussi à contempler le Seigneur présent en nous et parmi nous. Voilà pourquoi, ce temps fort que nous commençons est un merveilleux temps pour aussi, nous arrêter en silence pour comprendre une PRESENCE. En effet, Dieu, par son Fils et dans l’Esprit ne cesse de venir aujourd’hui parmi nous :  » au milieu de vous se tient celui que vous ne connaissez pas : celui qui vient derrière moi, et je ne suis pas digne de défaire la courroie de sa sandale » (Jn 1,26-27),  « chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait » (Mth 25,40),  « Je suis avec toi et je te garderai partout où tu iras « (Gn 28,15),  » Vraiment, c’est le seigneur qui est ici et je ne le savais pas « (Gn 28,16),  » Voici, je me tiens à la porte et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui et je prendrai le repas avec lui et lui avec moi » (AP 3,20). La certitude de sa présence ne devrait-elle pas nous aider à voir le monde et à regarder les autres avec des yeux différents ? Ne devrait-elle pas nous aider à considérer toute notre existence avec « ses hauts et ses bas » comme une façon dont Dieu peut venir à nous et devenir proche de nous, en toute situation ?

IL REVIENDRA DANS LA GLOIRE: NOUS ATTENDONS SON RETOUR

Nous devons certes prendre au sérieux le temps présent, ce temps entre le « départ et le retour du Maître de la Vigne »,- en accomplissant avec joie , responsabilité et dans l’amour nos tâches quotidiennes dans la société , dans l’Eglise et dans le monde. Restez en éveil ! tel est l’appel de jésus dans

l’évangile de St Marc lu en ce premier dimanche de l’Avent (Mc13,37). Pourquoi ? Parce que les chrétiens sont invités à se préparer à l’avènement du Christ à la fin des temps. Notre vie personnelle ne s’achève pas dans la tombe: notre mort est un passage à une autre vie, à une rencontre avec l’Amour en personne, Dieu lui-même. Notre vie terrestre qui ne dure qu’un temps, quel qu’en soit le nombre d’années, a pour horizon, la gloire de l’Avènement du Seigneur. Ce que nous appelons l’éternité.

En conclusion, le temps de l’Avent célèbre le mystère des venues de Dieu hier, aujourd’hui, demain. Ce temps liturgique fort que nous commençons est bien plus qu’une saison de préparation à la fête de Noël. Le contenu liturgique de l’Avent évoque à la fois attente, rappel et mémoire, préparation morale et religieuse en vue de l’Avènement du Christ .Le Seigneur est parmi nous, cette certitude et l’attente de son Retour fondent les exigences d’un usage avisé des richesses et des biens de ce monde. Le temps est bien autre chose que de l’argent uniquement: une grâce .Toute gestion mauvaise ou mal ajustée de ce que Dieu nous a confié compromet notre avenir dans le Royaume vers lequel nous marchons.

Bon et fructueux temps de l’Avent à chacun et à chacune !

Dimanche 29 Novembre 2020

Bon premier Dimanche de l’Avent à tous !

Célébration du 22 Novembre 2020

Bonne sainte Cécile  à tous les musiciens ! 

 

« Les fruits de la prière, tu ne les vois pas pendant la prière mais souvent après… »

Les portes de notre église comme toutes les autres églises restent ouvertes pendant la semaine en vue d’une visite ou un temps de prière personnelle. Des Chaises sont mises à votre disposition devant la porte vitrée pour vous y recueillir.  Comment prier | VenezauChrist.org

A partir du 21 novembre 2020  durant le temps de la pandémie, le Saint-Sacrement sera exposé sur l’autel de 14H à 16H00. Possibilité d’accéder à l’intérieur de l’église  pour un très bref recueillement .

 

Appel à l’ouverture et à la solidarité

Pour rompre la solitude ou pour donner un peu de soi aux autres, vous pouvez prendre contact au numéro  0479 341 547 qui volontiers se fera l’intermédiaire en vue du service souhaité.

Père Joseph

Célébration du Dimanche 15 novembre 2020

Exhortation en ce 33èmme dimanche A

Donner du sens à la semaine

En ce 33ème dimanche de l’année A dit « Dimanche des talents », nous pouvons réfléchir sur les dons et les charismes que Dieu n’a pas manqué d’offrir à chacun et qu’il nous invite à faire fructifier. Au regard de son projet, qui est de partager définitivement sa joie à tous les hommes, peu importe le volume de ce que nous recevons aujourd’hui. Que nous ayons en abondance ou fort peu, l’essentiel est de le faire fructifier. Tout ce qui, de nos biens, et de nous-mêmes aura été développé, partagé, offert, est déjà en Dieu…Dieu veut que les hommes deviennent de vrais partenaires , de vrais sujets qui par le commencement qu’il pose en chacun, deviennent capables de collaborer avec lui et d’être responsables de la construction Royaume .

Célébration du 8 novembre 2020

                 

                    Célébration de la fête de la Toussaint

Bougie : petites expériences autour de la flamme | Dossier

Les places dans l’église étant limitées et afin d’organiser aux mieux la célébration
du 1er novembre fête de la Toussaint. Nous vous demandons de vous inscrire via ce lien.
Il est aussi possible de vous inscrire sur le site Facebook de la paroisse ou le dimanche matin à l’Eglise.
Célébration de la Toussaint 2020

 Félicitations aux jeunes mariés ! Bravo pour vos 65 et 50 ans de mariage 🌺

              C’est parti ! Le Kt reprend n’hésitez pas à inscrire vos enfants.

                            Messe de rentrée le 4 octobre à 10h.

 

 

                                Nous sommes prêt à vous accueillir le 14 juin 2020

                     

              Envie de venir nous rejoindre à la chorale ! Résultat de recherche d'images pour "répétition chorale"

La répétition  se déroule le mercredi  dans l’église de Vieux-Genappe de 20h à 21h.

Notre chef de chœur  est Gérard BOUGNIART (gbougniart@gmail.com) : 0478 94 02 66

Bienvenue à tous

 

 

Horaires des messes
  • Le mardi à 9 h
  • Le jeudi à 18h                                                     
  • Le samedi à 18 h 30
  • Le dimanche à 10h      
IMG_0534